Catégorie : 1.5 Quelles études ont été réalisées ?


L’étude de faisabilité vise à déterminer les caractéristiques du parc : nombre de panneaux, localisation, dimensions, type de support. Pour cela, plusieurs études sont en cours de réalisation. Pour garder la plus grande objectivité, elles sont menées par des bureaux d’études, associations ou experts indépendants et reconnus (CORIEAULYS et EXEN). En concertation avec ces spécialistes, les élus et suivant les critères du prochain appel d’offre de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie), nous déterminerons ensuite une implantation, respectant au mieux le territoire.

Le gisement solaire : à partir des données estimées, nous calculons le nombre d’heures de fonctionnement annuel et prévoyons la production du futur parc.

L’étude paysagère : l’analyse du paysage permet de proposer des préconisations sur la forme du futur parc : répartition, espacement en fonction du gabarit, points de vue emblématiques, intégration (haies…) et mesures d’accompagnement…

L’étude environnementale : elle porte sur l’avifaune, les chiroptères, la faune terrestre et la flore… Pendant un cycle biologique annuel (soit une année complète), les spécialistes écologues indépendants ont recensé les différentes espèces, enregistré leur occupation du site et analysé les impacts du futur parc.

L’étude paysagère vise à identifier les enjeux autour du site potentiel pour y intégrer au mieux le parc photovoltaïque. Elle dessine sa morphologie, détermine les points de vue emblématiques et préconise l’implantation de haies, de clôtures…

Le projet de Billom est situé dans l’unité paysagère de la Limagne des Buttes, dans un secteur déjà artificialisé et en reconversion.

Le projet présente une sensibilité faible en termes de paysage.

Voir l'article entier »

L’étude environnementale a montré que le site présente une sensibilité faible vis-à-vis des espaces protégés, des milieux naturels, des habitats, de la flore et de la faune. La zone est essentiellement composée de friches plus ou moins récentes, qui se développent sur les zones remblayées. Ce sont donc des formations fortement artificialisées.

La flore observée est diversifiée mais reste commune et sans réelle valeur patrimoniale.

Les sensibilités écologiques sont globalement nulles à faibles sur les milieux en place et l’aménagement du parc n’aura qu’un faible impact sur le cycle de vie de la plupart des espèces animales.

La végétation existante sur les limites du site sera préservée.

Le gisement solaire correspond à l’énergie du rayonnement solaire reçue par un module photovoltaïque. Il se mesure en m² et par an, selon une inclinaison optimale. Pour implanter un parc photovoltaïque, une durée d’ensoleillement supérieure à 2 000 heures/an et un potentiel énergétique supérieur à 1300 KWh/m² sont nécessaires.

La commune de Billom bénéficie d’une situation géographique particulièrement favorable : le potentiel mesuré sur le secteur d’étude est supérieur à 1300 kWh/m²/an. Il est suffisamment intense et régulier pour l’exploitation d’un parc photovoltaïque. De plus, la zone d’étude est peu ombragée, à l’écart de la végétation haute.

Par ailleurs, l’orientation et l’inclinaison des modules photovoltaïques ont une importance capitale sur la production de l’installation.

Ainsi, VALOREM étudie la technologie la mieux adaptée au projet de Billom (suivi solaire ou support fixe), qui correspond aussi aux critères du futur appel d’offre photovoltaïque de la CRE

Le projet pourra être raccordé à un poste source ou directement au réseau de moyenne tension (20kv) existant.

L’interconnexion se fera exclusivement par la création de réseaux enterrés le long des routes et chemins existants au frais du porteur de projet.

Ainsi, ce sont les villages situés à proximité du raccordement qui consommeront en priorité l’énergie produite par la centrale photovoltaïque.

En 2013/2014, en lien avec MICHELIN, VALOREM a analysé le site de l’ancien CET en croisant tous les critères liés à l’installation d’un parc photovoltaïque. Une zone d’implantation potentielle a ainsi été identifiée.

Lors d’une première réunion avec le Conseil Municipal de BILLOM, VALOREM a présenté le développement du projet. Nous avons également échangé avec la Direction Départementale des Territoires (DDT) et d’autres parties prenantes du projet (administrations, PNR,…).

Vue aérienne de la zone d'implantation potentielle (en vert)