Le parc photovoltaïque du BETOUT, à Saint-Hélène (33) est le premier parc photovoltaïque au sol du Médoc.
Fruit d’une collaboration 100% Aquitaine, le parc, propriété d’OMNES Capital, a été développé par VALOREM avec des panneaux FONROCHE installé sur des trackers EXOSUN.
Il a été inauguré par le Préfet de la Gironde le 15 Avril 2015.

Cette Web-BD vise à retracer, de façon illustrée et ludique, les grandes étapes de l’histoire de l’énergie du point de vue du citoyen et qui constituent notre inconscient collectif autour de l’énergie.


« En replaçant ces épisodes au fil du temps (évolutions techniques, décisions politiques, initiatives citoyennes, etc), chacun pourra comprendre d’où vient ce rapport particulier que les français entretiennent avec l’énergie et pourra choisir de s’impliquer personnellement dans une transition énergétique locale. Voir l'article en entier »

A quelques mois de la COP 21, conférence des Nations unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, il est important que la France tienne ses engagements de développement des énergies renouvelables.

GREENPEACE interpelle actuellement le Président de la République et lui propose une feuille de route concrète :

⁃ raccorder 720 éoliennes par an, soit 60 par mois, au réseau électrique,

⁃ raccorder 8 km² par an de panneaux solaires photovoltaïques.

L’impact visuel du projet est simulé grâce à des photomontages représentant le nouveau paysage avec les panneaux photovoltaïques. Ils sont réalisés depuis des points de vue représentatifs des principaux enjeux relevés dans l’analyse paysagère. Ils permettent d’appréhender la lisibilité de l’implantation, son ancrage dans le site et les rapports d’échelle selon la superficie et l’implantation des panneaux.

Photomontage du projet (encadré rouge) depuis la D9

Photomontage du projet (encadré rouge) depuis Montmorin

En mai 2015, après une présentation aux élus et aux services de l’Etat, VALOREM a demandé un permis de construire, pour le compte de la société Billom Energies.

En parallèle, en juin 2015, le projet a candidaté à l’appel d’offre national photovoltaïque de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) pour obtenir son tarif d’achat de l’électricité produite.

Les caractéristiques du projet

Ce projet de 5 MWc produira environ 6.450 MWh d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation de 9.200 personnes (hors chauffage et eau chaude électrique).

Il est situé sur les parcelles d’un ancien centre de stockage de déchets inertes issus de l’industrie de caoutchouc. Celui-ci a été remblayé, remis en état par le propriétaire des lieux et fait aujourd’hui l’objet d’un suivi post-exploitation, supervisé par les services de la Préfecture.

VALOREM a intégré ces spécificités pour définir le projet de centrale solaire. Ainsi, l’implantation des panneaux intègre les recommandations émises à l’issue des études techniques et environnementales (sécurité, biodiversité, insertion paysagère, hydrographie…). Par ailleurs, les modules photovoltaïques seront posés sur des structures fixes, inclinées à 25° et posées sur des fondations hors-sol, pour s’adapter à la particularité du terrain.

L’implantation d’un parc photovoltaïque vient donc valoriser durablement ce site en lui donnant un nouvel usage industriel et non délocalisable : la production d’électricité à partir du soleil !

 

L’éclipse solaire prévue aujourd’hui, en cas de ciel très ensoleillé, provoquera une brusque variation de la production des panneaux photovoltaïques. Celle-ci pourrait baisser de 34 000 MW en Europe, dont 2 000 MW en France, entre 10h et 10h30, 7 000 MW en Italie et 17 000 MW en Allemagne.
RTE et les gestionnaires de réseaux européens ont donc défini un plan d’action afin de maintenir l’équilibre entre la production et la consommation électrique. Voir l'article en entier »

VALOREM innove dans le financement participatif et lance ce 9 février 2015 une opération de prêt à taux bonifié pour les habitants du territoire.

VALOREM souhaite associer les particuliers aux retombées économiques de ses parcs éoliens. Pour cela, le groupe lance une opération de financement participatif en prêts rémunérés sur la plateforme Lendosphere. Cette première opération pour un emprunt de 60.000€, remboursable en 2 ans propose un taux d’intérêt annuel de 5 %, bonifié à 6 % pour les habitants de Picardie, avec des remboursements trimestriels. Voir l'article en entier »

La nouvelle lettre d’information de l’agence VALOREM de Carcassonne vient de paraître.

Nous vous attendons sur notre stand les 10 et 11 décembre prochains à Montpellier.
Claudio RUMOLINO, chargé de mission éolien participatif à VALOREM, participera à la table ronde du jeudi 11 décembre à 14h sur le thème : « Territoires à énergie positive : la création de valeur locale. Les impacts économiques et sociaux pour les territoires engagés dans la transition énergétique »

Le projet achève actuellement sa phase de faisabilité. Les différentes études menées permettent de définir l’implantation optimale des panneaux photovoltaïques.

D’ici la fin de l’année 2014, VALOREM déposera, pour le compte de la société BILLOM ENERGIES, une demande de permis de construire. En parallèle, afin d’obtenir un contrat de vente de l’électricité produite, ce projet sera présenté au prochain appel d’offre national de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie), relatif à la réalisation et l’exploitation d’installations de production d’électricité à partir de l’énergie solaire d’une puissance supérieure à 250 kWc.

Voir l'article en entier »

L’étude de faisabilité vise à déterminer les caractéristiques du parc : nombre de panneaux, localisation, dimensions, type de support. Pour cela, plusieurs études sont en cours de réalisation. Pour garder la plus grande objectivité, elles sont menées par des bureaux d’études, associations ou experts indépendants et reconnus (CORIEAULYS et EXEN). En concertation avec ces spécialistes, les élus et suivant les critères du prochain appel d’offre de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie), nous déterminerons ensuite une implantation, respectant au mieux le territoire.

Le gisement solaire : à partir des données estimées, nous calculons le nombre d’heures de fonctionnement annuel et prévoyons la production du futur parc.

L’étude paysagère : l’analyse du paysage permet de proposer des préconisations sur la forme du futur parc : répartition, espacement en fonction du gabarit, points de vue emblématiques, intégration (haies…) et mesures d’accompagnement…

L’étude environnementale : elle porte sur l’avifaune, les chiroptères, la faune terrestre et la flore… Pendant un cycle biologique annuel (soit une année complète), les spécialistes écologues indépendants ont recensé les différentes espèces, enregistré leur occupation du site et analysé les impacts du futur parc.

L’étude paysagère vise à identifier les enjeux autour du site potentiel pour y intégrer au mieux le parc photovoltaïque. Elle dessine sa morphologie, détermine les points de vue emblématiques et préconise l’implantation de haies, de clôtures…

Le projet de Billom est situé dans l’unité paysagère de la Limagne des Buttes, dans un secteur déjà artificialisé et en reconversion.

Le projet présente une sensibilité faible en termes de paysage.

Voir l'article en entier »

L’étude environnementale a montré que le site présente une sensibilité faible vis-à-vis des espaces protégés, des milieux naturels, des habitats, de la flore et de la faune. La zone est essentiellement composée de friches plus ou moins récentes, qui se développent sur les zones remblayées. Ce sont donc des formations fortement artificialisées.

La flore observée est diversifiée mais reste commune et sans réelle valeur patrimoniale.

Les sensibilités écologiques sont globalement nulles à faibles sur les milieux en place et l’aménagement du parc n’aura qu’un faible impact sur le cycle de vie de la plupart des espèces animales.

La végétation existante sur les limites du site sera préservée.

Le gisement solaire correspond à l’énergie du rayonnement solaire reçue par un module photovoltaïque. Il se mesure en m² et par an, selon une inclinaison optimale. Pour implanter un parc photovoltaïque, une durée d’ensoleillement supérieure à 2 000 heures/an et un potentiel énergétique supérieur à 1300 KWh/m² sont nécessaires.

La commune de Billom bénéficie d’une situation géographique particulièrement favorable : le potentiel mesuré sur le secteur d’étude est supérieur à 1300 kWh/m²/an. Il est suffisamment intense et régulier pour l’exploitation d’un parc photovoltaïque. De plus, la zone d’étude est peu ombragée, à l’écart de la végétation haute.

Par ailleurs, l’orientation et l’inclinaison des modules photovoltaïques ont une importance capitale sur la production de l’installation.

Ainsi, VALOREM étudie la technologie la mieux adaptée au projet de Billom (suivi solaire ou support fixe), qui correspond aussi aux critères du futur appel d’offre photovoltaïque de la CRE

Le projet pourra être raccordé à un poste source ou directement au réseau de moyenne tension (20kv) existant.

L’interconnexion se fera exclusivement par la création de réseaux enterrés le long des routes et chemins existants au frais du porteur de projet.

Ainsi, ce sont les villages situés à proximité du raccordement qui consommeront en priorité l’énergie produite par la centrale photovoltaïque.

Le projet est situé sur un ancien centre d’enfouissement technique, au lieu-dit de la Barbarade, au sud de la commune de Billom, dans le département du Puy de Dôme. Le site est bordé à l’ouest par la départementale D9, au nord par la déchetterie, à l’est et au Sud par des parcelles agricoles ou sylvicoles.

Zone d’implantation potentielle

Voir l'article en entier »

Un projet aux multiples atouts

La réalisation de ce projet présente plusieurs avantages :

– Production d’une électricité propre,

Reconversion de friches industrielles, difficilement exploitables pour d’autres usages,

Retombées financières locales,

– Actions en faveur de l’écologie du site : semences de plantes utiles aux abeilles, fauche annuelle, restauration des corridors écologiques existants.

D’une superficie de ~15ha, les parcelles de l’ancien CET de la Barbarade ont été remblayées et ne sont plus utilisées. Elles ne sont pas exploitables pour une activité agricole, des habitations ou des bâtiments industriels. En revanche, ces parcelles présentent toutes les qualités requises pour accueillir des panneaux photovoltaïques :

– Une volonté locale forte

– Un gisement solaire important, évalué à plus de 1300 MWh/m²/an

– Un raccordement au réseau pour évacuer l’électricité produite

– Un site accessible, facilement aménageable avec des pentes faibles et une végétation rase

– Un paysage adapté avec peu de voisinage direct et des aménagements végétalisés existants

– Des terrains sans enjeux environnementaux,

– Un projet compatible avec toutes les servitudes réglementaires

Sans entrer en concurrence d’usage des sols, l’implantation d’un parc photovoltaïque valorisera durablement ce site en lui donnant un nouvel usage industriel et non délocalisable : la production d’électricité à partir du soleil !                                                       … les autres avantages de ce projet.