Ce projet est situé sur les communes de La Chèvrerie et de La Faye.

L’enquête-publique : A vous de donner votre avis !

L’enquête publique est une étape obligatoire dans la vie d’un projet éolien. Elle est prévue par le « code de l’environnement », pour chacune desquelles un Commissaire-enquêteur est nommé par le Tribunal Administratif.

Ainsi, c’est Hervé HUCTEAU qui a été désigné pour animer les différentes permanences de cette enquête publique, qui se tiendront en Mairie de La Chèvrerie et de La Faye :

    • Le 7 janvier à la mairie de La Chèvrerie de 14h à 17h
    • Le 21 janvier à la mairie de La Faye de 14h à 17h
    • Le 26 janvier à la mairie de La Chèvrerie de 9h à 12h
    • Le 1er février à la mairie de La Chèvrerie de 14h à 17h
    • Le 7 février à la mairie de La Chèvrerie de 9h à 12h

 Lieu d’expression, vous pourrez consulter l’étude d’impact en libre-accès et donner vos avis dans le registre. Qu’ils soient positifs, neutres ou négatifs, ils permettront au Commissaire-Enquêteur de juger de l’acceptabilité sociale et de la pertinence de ce projet.

 

L’avancement du projet :

En 2010, la société VALOREM a mis en service 5 éoliennes sur la commune de La Faye et une sur la commune de La Chèvrerie. Fort de ce premier succès, VALOREM a initié, en 2011, les démarches pour le développement d’un second parc éolien sur les communes de La Chèvrerie, La Faye.

Suite aux délibérations favorables de ces communes, VALOREM a lancé les études techniques et environnementales nécessaires à la définition du projet (situation, taille et nombre d’éoliennes).

La zone d’étude

 

VALOREM a défini la zone d’implantation potentielle du projet selon des critères propres à l’installation d’éoliennes :
• Un éloignement d’au moins 600 m. des habitations, (la réglementation française impose 500 m.),
• Une bonne exposition au vent dominant,
• Un raccordement au réseau électrique possible,
• Aucune contrainte majeure liée à l’environnement ou la réglementation.

La zone d’implantation potentielle ci-dessous fait l’objet d’un développement concerté avec VALECO. La société VALOREM développe un projet indépendant sur les communes de La Chévrerie et au nord de la commune de La Faye. La société VALECO développe un autre projet indépendant sur les communes de Villefagnan et de la Faye, avec des possibilités également sur la commune de Raix. leur implantation devrait être connue courant 2019.

 

Le choix d’implantation

Afin de construire le projet le mieux adapté à votre territoire, des bureaux d’études ou experts indépendants réalisent différentes études sur le milieu humain et naturel. En concertation avec les services de l’Etat, VALOREM les analyse pour déterminer la faisabilité du projet et le parti d’implantation du futur parc éolien.

Le potentiel éolien
Un SODAR a été installé sur site en mai 2017 pour déterminer les vitesses de vent à différentes altitudes. La hauteur de vent à environ 100m d’altitude a été estimé entre 6 et 6,5 m/s, ce qui est très satisfaisant.

Le raccordement au réseau
Deux postes de livraisons sont prévues (l’un à l’est de la LGV et l’autre à l’ouest). Ce seront les deux point de départs de l’électricité verte produite par le parc vers le point d’accueil du réseau électrique qui se situe à Villegats, au niveau de la zone artisanale. La distance de raccordement est d’environ 7 km.

Les servitudes
L’éloignement à la LGV, aux routes départementales, aux réseaux de gaz, d’eau, d’électricité et de téléphonie et aux zones de présomption archéologiques pour assurer une intégration du parc à son environnement.

Le milieu paysager
Le contexte éolien au Nord-Charente étant particulièrement dynamique, l’implantation a été réfléchie de manière à s’intégrer harmonieusement avec les parcs éoliens de La Faye et de Theil-Rabier/Montjean.
En orientant le sens d’implantation dans un axe Nord-Est-Est/Sud-Ouest-Ouest, on limite la saturation visuelle et on créé une transition entre les deux parcs existants.

Le milieu humain
Des micros ont été installés sur site au printemps 2017 pour apprécier l’ambiance acoustique du secteur. Nous avons pris le parti d’éloigner les éoliennes à plus de 600m des habitations, alors que la réglementation autorise une distance minimale de 500m;

Le milieu naturel
Les oiseaux et les chauves-souris sont les espèces les plus sensibles à l’éolien. En s’implantant dans un secteur de plaine et en s’éloignant des lisières, on permet au parc de préserver la biodiversité en place. En l’occurrence, toutes les éoliennes sont implantées à plus de 150m des boisements ou haies.

En parallèle, des mesures sont envisagées pour améliorer l’habitat des chauves-souris, en accords avec des exploitants locaux et la municipalité de La Chévrerie.

  

Le programme de 2019

L’installation d’un mat de mesure

Vous le remarquerez certainement, un mat de 120 m de hauteur sera installé sur le site l’été prochain.

Rappelez-vous, nous en parlions dans une précédente lettre d’information, nous avions installé un SODAR sur le site en mai 2017 pour calculer les vitesses de vent à différentes altitudes. Cet appareil, facile à installer et peu couteux, nous avait alors permis d’avoir une connaissance suffisante du gisement éolien pour positionner les éoliennes et choisir le modèle d’éolienne le plus adapté au site.

Mais alors, pourquoi installer un autre instrument de mesure ?

Afin de compléter ces mesures de façon plus précises, nous prévoyons d’installer un mat de mesure.

Il nous permettra de connaître avec davantage de précision le gisement de vent sur le site. L’installation d’un mat de mesure est incontournable car elle est exigée par les organismes bancaires qui financent nos parcs éoliens. Il restera minimum un an en service.

 

mat de mesure ST SECONDIN
L’obtention de l’autorisation environnementale

L’ensemble de la demande d’autorisation environnementale est consultable sur le site de la Préfecture .

  • L’enquête-publique est la première étape d’une longue étape de concertation et de prise de décision sur le projet.
  • Ensuite, les communes (conseils municipaux) qui sont inclues dans un rayon de 6 km à vol d’oiseau autour des éoliennes devront émettre un avis sur le projet.
  • Puis, c’est la Commission Départementale de la Nature, des Paysages et des Sites (CDNPS) qui regroupe des experts de différentes formations qui statuera sur le projet, au 1er semestre 2019
  • Enfin, c’est le Préfet de Département qui accordera – au regard des avis émis par les conseils municipaux, le commissaire-enquêteur et la CDNPS – l’autorisation ou le refus de la demande d’autorisation environnementale faite en mars dernier.